Les Caractéristiques du retard technologique de l’Afrique en management de projet

L’on constate un déficit en quantité et en qualité d’experts et professionnels qualifiés en management de projets, programmes et portefeuilles. Ce retard ou gap technologique se matérialise par de multiples insuffisances que l’on observe dans la conduite des projets et programmes en Afrique. Celles-ci se traduisent notamment par :

  • des études et procédures interminables de sélection et d’initiation des projets ;
  • une absence de codification et de valorisation de la fonction de Manager de Projet, Chef de Projet ou Directeur de Projet et Directeur de Programme ;
  • une conception peu rigoureuse du contenu des projets  et une organisation inappropriée aux exigences des projets ;
  • une planification peu crédible et non réaliste des projets avec en l’occurrence des échéanciers complaisants et des budgets souvent sous-évalués ;
  • une recherche, une mobilisation et un arrangement des financements des projets basés sur des procédures peu efficaces et se traduisant par des délais extrêmement longs et des résultats aléatoires ;
  • une exécution des projets généralement hors délais avec des dépassements chroniques de budgets et une performance technique pas toujours satisfaisante en termes d’exécution physique et de valeur acquise;
  • un nombre élevé de projets partiellement exécutés ou abandonnés du fait d’une surveillance et d’une maîtrise inappropriées ne permettant pas de prendre des mesures correctrices en temps opportun;
  • des processus et procédures inappropriés d’approvisionnements liés aux activités des projets le plus souvent sans couverture pertinente des risques ;
  • des procédures de décaissement des financements inadaptées du fait de la non-prise en compte adéquate des exigences de non-objection des banquiers ;
  • une faible capacité d’absorption des Etats et des administrations se traduisant par un faible taux de consommation des crédits disponibles et des financements extérieurs obtenus ;
  • en conséquence, d’énormes pertes en ressources techniques, financières et humaines estimées à des dizaines de millions de dollars US par an.

Pourtant, les besoins de transformation structurelle et infrastructurelle de l’économie africaine induisent un nombre important et croissant de projets et programmes dont la réalisation satisfaisante et optimale n’est pas envisageable sans la disponibilité d’une masse critique croissante d’experts et professionnels qualifiés en management de projet et programme.

C’est dans ce contexte que le gap ou le retard technologique de l’Afrique en management de projet peut s’apprécier à l’aide de quatre (4) indicateurs d’activité dans la filière.

  • La participation des pays africains aux activités du comité technique ISO/TC 258. Le Comité Technique 258 de l’ISO est chargé de l’élaboration des normes internationales dans le domaine du management de projet, programme et portefeuille. Ce CT compte actuellement 51 membres dont 37 membres participants et 14 membres observateurs. L’Afrique ne compte que 6 membres dont 2 membres participants (Afrique du Sud et Cameroun) et 4 membres observateurs (Egypte, Kenya, Maroc et Ouganda). Pourtant, l’Afrique compte 39 membres à ISO dont 27 comités membres et 12 membres correspondants.
  • Le nombre de chapitres de PMI en Afrique. PMI est une organisation professionnelle qui compte 293 chapitres dans 83 pays. Dans ce réseau professionnel, l’Afrique ne compte que 6 chapitres (Afrique du Sud, Cameroun, Kenya, Nigéria, Ouganda et Sénégal).
  • Le nombre d’associations membres d’IPMA en Afrique. IMPA est une organisation professionnelle qui compte 60 associations professionnelles membres. Dans ce réseau professionnel, l’Afrique ne compte que 4 associations membres (Afrique du Sud, Algérie, Egypte et Nigéria).

Le nombre d’universités et grandes écoles ayant obtenu l’accréditation de leurs programmes de formation. Mis en place par PMI en 2001, le Global Accreditation Center for Project Management Education Programs (GAC) compte environ 100 universités et grandes écoles dans le monde ayant accrédité des programmes de formation en management de projet pour la plupart au niveau Master et Doctorat. A l’heure actuelle, une seule université africaine a obtenu depuis octobre 2008 l’accréditation de deux (2) Masters en management de projet (Master of Engineering, Project Management et Master of Science, Project Management). Il s’agit de : University of Pretoria, Graduate School of Technology Management (GSTM) en Afrique du Sud.